Ajoutez ce site à vos favoris Page d'accueil Plan du site Contactez-nous Recommander ce site Identifiez-vous Retrouvez notre fil info RSS
 
Espoir en tête L'action nationale des Rotariens français en faveur de la recherche sur le cerveau
 
 
 
 
 

Communication

Tous droits réservés sans l'autorisation de Disney ou d'Espoir en Tête

 

la belle 0011

 

Les villages de Conques, Carennac, Sarlat, Monpazier, Noyers sur Serein…

ont inspiré le village fictif de Villeneuve

 

image0022

Issu de la tradition orale, le conte classique La Belle et la Bête trouve ses origines dans la France du XVIIIe siècle. C’est la romancière Gabrielle-Suzanne Barbot de Villeneuve qui, dans La jeune Américaine et les contes marins en 1740, le couchera pour la première fois par écrit. Mais il faudra attendre 17 ans de plus, et la version remaniée, abrégée et rédigée par Jeanne-Marie Leprince de Beaumont dans son livre Le Magasin des enfants, pour que le récit prenne son envol littéraire et devienne la référence que l’on connaît encore aujourd’hui…

 

Pour cette  version « live action » du célèbre film d’animation des studios Disney - qui fête cette année ses 25 ans d’existence -  un soin particulier a été apporté pour souligner les origines françaises de l’histoire. Celle-ci se déroulant dans la France du milieu du XVIIIe siècle - et non dans un univers alternatif et sans date précise comme dans nombre de contes de fées – chaque département artistique a veillé à ce que les décors, les accessoires, les costumes, les coiffures et le maquillage soient le plus fidèles possible à la France des années 1740.

 

L’équipe créative n’a pas cherché à reproduire à l’identique telle ou telle œuvre architecturale, mais a concentré ses efforts sur la vraisemblance et la crédibilité. Œuvre de fiction, LA BELLE ET LA BÊTE « live action » se devait de refléter la réalité de l’époque, mais dans une version sublimée par la magie du cinéma.

 

C’est ainsi que pour le village fictif de Villeneuve - où vivent Belle et son père, la chef décoratrice Sarah Greenwood et son équipe se sont notamment inspirés de plusieurs villages du sud-ouest de la France, dont Conques, Carennac, Sarlat, Monpazier… mais aussi de Noyers sur Serein, en Bourgogne. Pour cet immense décor construit sur le backlot des studios de Shepperton à Londres, peintres, charpentiers et menuisiers ont reconstitué la maison de Belle, une école, un tailleur, une taverne, une église et la place du village.

 

Ce souci de vraisemblance, l’équipe artistique l’a également eu pour le château de la Bête. Elle a opté au final pour une combinaison de différents styles architecturaux avec la prédominance du rococo français, un style très répandu dans la France des années 1740 et notamment utilisé pour le château de Versailles. On  trouve également dans ce décor grandiose dix lustres en verre mesurant chacun plus de quatre mètres sur deux, inspirés de ceux de Versailles, qui ont été dépolis, drapés et ornés de bougies.

 

DISNEY ET LA FRANCE : UNE LONGUE HISTOIRE D’AMOUR

D’origine normande - son nom vient « d’Isigny » sur Mer - Walt Disney est souvent venu en France et a mis en scène notre patrimoine littéraire dans ses premiers cartoons tirés des Fables de Jean de La Fontaine (Le Lièvre et la tortue, La Cigale et la fourmi…), ses Grands Classiques d’après les Contes de Charles Perrault (Cendrillon, La Belle au bois dormant) ou ses films en prises de vues réelles tirés des Voyages Extraordinaires de Jules Verne (20000 lieues sous les mers, Les enfants du Capitaine Grant).

Aujourd’hui encore, la France continue d’inspirer les studios d’animation Disney et Disney.Pixar, en témoignent des Grands Classiques aussi réputés que Les Aristochats, La Belle et la Bête ou Le Bossu de Notre-Dame mais aussi Ratatouille ou Cars 2, dont l’une des étapes passe par la France.

Pour fêter cette belle histoire d’amour, Disney proposera le 23 mars prochain – jour de la sortie de LA BELLE ET LA BÊTE version « live action » au cinéma, un coffret commémoratif composé de 4 grands films d’animation dont l’action se passe en France (Les Aristochats, La Belle et la Bête, Le Bossu de Notre-Dame, Ratatouille) mais aussi d’un livre de coloriage antistress pour adulte sur ces mêmes films et de 4 cartes collector montrant la vision de la France par les artistes Disney.

 

A PROPOS DU FILM:

L’histoire et les personnages tant aimés du grand classique de l’animation Disney LA BELLE ET LA BÊTE prennent désormais vie comme jamais à travers cette époustouflante adaptation en « live action » d’un des plus beaux récits jamais contés. LA BELLE ET LA BÊTE relate l’incroyable destinée de Belle, une jeune fille aussi brillante qu’indépendante, retenue prisonnière dans un château par une Bête hideuse. Bravant sa peur, elle se lie d’amitié avec les domestiques transformés en objets enchantés suite à un sortilège et découvre peu à peu qu’au-delà de l’apparence physique de la Bête se cache un véritable Prince au cœur pur…

 

Au générique du film: Emma Watson dans le rôle de Belle; Dan Stevens dans celui de la Bête; Luke Evans dans celui de Gaston, le beau mais rustre villageois épris de Belle; Kevin Kline dans celui du père de Belle, Maurice; Josh Gad dans celui de Le Fou, l’aide-de-camp souffre-douleur de Gaston; Ewan McGregor dans celui du chandelier Lumière; Stanley Tucci dans celui du clavecin Maestro Cadenza; Gugu Mbatha-Raw dans celui de Plumette, le plumeau ramasse-poussière; Audra McDonald dans celui de l’armoire Madame De Garderobe; Hattie Morahan dans celui de la jeteuse de sort; Nathan Mack dans celui de la tasse à café Chip ; Ian McKellen dans celui de l’horloge Big Ben et Emma Thompson dans celui de la théière, Madame Samovar.

 

Réalisé par Bill Condon et adapté du grand classique Disney de 1991, LA BELLE ET LA BÊTE doit son scenario à Evan Spiliotopoulos et Stephen Chbosky. David  Hoberman et Todd Lieberman en sont les producteurs pour Mandeville Films tandis que Jeffrey Silver, Thomas Schumacher et Don Hahn en sont les producteurs exécutifs. Alan Menken, qui a remporté 2 Oscars® (Meilleure musique originale et Meilleure chanson) pour le classique de l’animation, signe une nouvelle fois la musique, y intégrant des réenregistrements des chansons originales écrites par Howard Ashman et lui, ainsi que 3 nouvelles chansons cette fois écrites en collaboration avec Tim Rice.

 

 

 

 

 

 

Trois immenses voix_Page_1

LA_BELLE_POST_ROTARY_CARTONS_FA_2048X8582 2[3]

 

 

 

Post FaceBook

 

LA_BELLE_AFFICHE_ROTARY_A3 5

 

LA_BELLE_FLYER_ROTARY_A4 5_Page_1

 

LA_BELLE_FLYER_ROTARY_A4 5_Page_2

 

 

 

 
Dernière modification : 17/02/2017